YVES SAINT LAURENT : TRAITS PORTRAIT

DU 4 MARS 2023 AU 8 FÉVRIER 2024

C’est un grand privilège pour le musée Yves Saint Laurent Marrakech de présenter l’exposition Yves Saint Laurent : Traits portrait conçue par Olivier Saillard et Gaël Mamine, qui explore le riche corpus d’œuvres graphiques préparatoires du défunt couturier.

Tous deux entretiennent des liens étroits avec les créations d’Yves Saint Laurent. Olivier Saillard fut le commissaire de l’importante exposition Yves Saint Laurent 1971 : la collection du scandale organisée au musée Yves Saint Laurent Paris en 2015, qui revenait sur une collection légendaire. Gaël Mamine a été responsable des collections et des textiles à la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent et a largement contribué à la rétrospective Yves Saint Laurent organisée en 2008 au musée des Beaux-Arts de Montréal.

Alors que nous explorons plus à fond le vaste répertoire de créations laissé par Yves Saint Laurent, il apparaît essentiel d’analyser la genèse de ses collections à la lumière de ses nombreux dessins et croquis préparatoires, aujourd’hui conservés à la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent à Paris.

C’est ici, parmi les plus de 60 000 croquis et dessins conservés par la Fondation, que la vision de la mode propre à ce grand couturier français peut être appréhendée de la façon la plus directe qui soit grâce à des illustrations au trait d’une grande simplicité bien que souvent très évocatrices. Dans nombre de ces dessins, même le type de tissu envisagé pour tel ou tel modèle est suggéré de manière implicite : la légèreté de la mousseline, le chatoiement de la soie, la trame épaisse du tweed et la somptuosité du velours sont magnifiquement et ostensiblement évoqués par de simples traits tracés au crayon 2B.

En regardant ces dessins d’une force incroyable qui allaient être transformés en créations mythiques par les ateliers parisiens de la maison Yves Saint Laurent, il est extrêmement émouvant de penser qu’un grand nombre d’entre eux ont été réalisés au cours des séjours que le couturier effectuait deux fois par an dans sa chère ville de Marrakech. Il apparaît donc approprié, lorsqu’on se plonge dans cet extraordinaire fonds de dessins et de croquis, que ces illustrations soient présentées pour la première fois ici, au Maroc : c’est ainsi que l’on forme, à partir d’un trait, un cercle complet.

Commissariat : Olivier Saillard, Gaël Mamine
Scénographie : Claudia Huidobro

Dossier de presse :
Français
Anglais
Arabic